Ajax : Le mal-aimé

« Ulysse aux mille ruses », « Achille aux pieds agiles », « Le brillant Hector »...
Mais qui connait le vaillant Ajax, le fils de Télamon « guerrier achéen, noble et grand, qui dépasse les Argiens de la tête et de ses nobles épaules » ? (Iliade, III 226-227).

Le grand public n'a pas retenu son nom ou alors pour l'associer à diverses marques publicitaires ammoniaquées....
Pauvre Ajax !

Le Mal-Aimé ? sans nul doute...
Pourtant l'archéologie témoigne en sa faveur (voir Métropolitan Museum of Art, le British Museum et le musée du Louvre : poteries, une sculpture célèbre en bronze, des cratères...).

Rendons, nous aussi, à Ajax la place qui lui revient…
Evidemment nous le trouvons dans l'épopée homérique : combattant grec hors-pair, prêt de terrasser Hector le Troyen dans l'Iliade.
Il combat pendant un jour entier contre lui : mais dans ce match nul, les 2 héros décident très noblement, bien qu'ennemis, d'échanger leurs armes et arrêtent le combat !
On le retrouve dans l'Odyssée, déjà mort, fantôme plein de dignité mais refusant obstinément de parler à Ulysse descendu aux Enfers après son séjour chez Circé la magicienne (Odyssée chant XI 1ère descente aux enfers) pour consulter le devin Tirésias qui doit lui indiquer son destin !

Ajax, de très haute naissance, est le fils de Télamon, le roi de Salamine ; il conduit à Troie 12 vaisseaux, fier d'être le cousin d'Achille lui -même, d'être le fils d'un des vaillants Argonautes, Télamon, son père, fut un ami d'Héraclès mais trop âgé pour participer à la guerre de Troie, il envoie ses deux fils Ajax et Teucer nés de deux mères différentes !
A la mort d'Achille, tué par Pâris d'une flèche au talon, Ajax revendique les armes d'Achille mais c'est Ulysse qui gagne et hérite des armes de ce dernier. Ajax ne le lui pardonnera jamais.
Furieux, ivre de colère, il massacre pendant la nuit tous les troupeaux du camp, croyant tuer Ulysse et les autres capitaines. Lorsqu'il comprend son acte et retrouve ses esprits, confus, honteux de sa folie passagère (ce que les Grecs appellent Hubris), il préfère retourner son épée (en fait celle qu'Hector lui a offerte lors de leur échange d'armes !) contre son sein qu'il sait être la partie la plus vulnérable de son corps et se donne la mort pour se réhabiliter à ses propres yeux !
Mort de façon impie il bénéficie pourtant en raison de sa vaillance des honneurs funèbres.
On dit qu'en Troade une urne d'or conserve ses cendres, que son âme a choisi un lion pour revenir sur terre ou encore dans des fleurs rouges qui portent son nom ! (Hyacinthe* voir Ovide Les Métamorphoses).

Dans des temps plus classiques, il est le héros tutélaire de Salamine où l'on trouve un temple à son effigie et après la prise de Salamine par les Athéniens, Ajax devient même un héros de l'Attique : Il est donc aussi adoré à Athènes (une statue sur la place du marché).
De nombreux Athéniens illustres se prétendaient les descendants d'Ajax : Alcibiade et Thucydide, Cimon et Miltiade…
Il ne faut pas le confondre avec « Le petit Ajax, fils d'Oilée » combattant à ses côtés.

En savoir plus :

Article écrit par Lisbeth en juillet 2009 et re-publié en son souvenir et pour lui rendre hommage.